Maman

Publié le par SLAM POESIE DE FAUSTINE

 

Maman bobo, bisou magique

Maman câlins dans les bras,

Maman dodo pour une histoire,

Maman colère, oh ! Gare à la fessée

Maman sorcière, vilain garçon

Maman pressée, vite, vite à l'école,

Maman pas belle, petit chameau !

Maman chagrin, sèche tes larmes mon poussin,

Maman douceur, on va dire une comptine,

Maman jardin pour aller courir dans les bois,

Maman fée pour cacher le soleil trop chaud,

Maman gendarme pour chasser le loup,

Maman, maman où es-tu maman ?

Maman est fatiguée.

Maman Janis Joplin en boucle les soirs de désespoir.

Maman seule, pas de temps pour la bagatelle.

Maman misère pas d'argent pour un ciné.

Maman a demandé le divorce,

Maman est vilipendée.

Maman indigne, veux-tu donc mettre en danger tes petits

Quand tu dis au papa « je ne veux plus de toi » ?

Maman convoquée au tribunal

Faut-il lui laisser ses enfants ?

Elle a du chagrin d'avoir perdu un enfant

Alors la maman n'est pas apte à élever ses enfants !

Maman morte de trouille

Quel sens aurait sa vie si elle est privée du peu de souffle de vie qui lui reste ?

Maman doit tenir debout même si elle s'écroule.

Maman va et vient pour chercher du travail,

Sinon on lui enlève sa marmaille,

Pas le droit d'être sans travail quand on est maman

Hélas maman est au chômage.

Maman rêve d'une vie meilleure

Loin, loin du quotidien et de son armada de tracas.

Maman n'a pas le droit de baisser les bras,

Maman met un pied devant l'autre chaque jour,

Surtout ne pas laisser voir que maman traîne dans sa tête ses savates.

Maman, quel est le sens de cette vie ?

Maman, où se trouve le repos ?

Juste un peu de tranquilité, maman, pour pouvoir réfléchir.

Réfléchir ? Pas le temps maman a tant de choses à faire.

 

« Et hue donc, bourrique !

Sue donc, esclave !

Vis donc, damnée »

(les 3 derniers vers, sont empruntés à Baudelaire, Le spleen de Paris)

 

 

Faustine

 

Commenter cet article