Deux âmes s'étiolaient

Publié le par SLAM POESIE DE FAUSTINE

Laisse-moi m’éteindre
Tout doucement
En songeant
A ces deux âmes qui s’étiolaient
Niées de ce monde
Jusqu’à ce jour fleuri
du délicat parfum
D’une rose d’antan,
Sans s’espérer
Sans rien attendre,
Un jour banal et crucial
une évidence devenue

Dicham morrê
Divagarinho
Sonhando
Na kes dos almas desflurido
Négado pa ess mundo
até kel dia flurido
D’um parfumo delicado
D’uma rosa antiga,
Sem fé
Sem esperança,
Um dia banal e crucial
Destinado pa ser uma evidencia

Avant ce jour béni
Ces deux âmes meurtries
Qui lentement cheminaient
Vers les rivages
Pour atteindre la haute mer
Perdre pied, s’enfoncer
Dans les profondeurs
Refusant de remonter
Vers ce monde
Dont elles étaient niées
Jusqu’à ce jour fleuri
Du parfum délicat
D’une rose d’antan

Faustine

(Merci à Emanuel Ribeiro pour son aide)

Commenter cet article