Oui, encore de la morna

Publié le par SLAM POESIE DE FAUSTINE

Oh si je veux encore
me remplir de vos mornas
Bercez-moi encore
De vos inspirations mélancoliques
Si douces à mon âme esseulée
Emplie par la nostalgie des sérénades
Inconnues des fibres de mon être
Contez-moi encore
Mon pays, rapprochez-moi de ces rivages
Dont la séparation m’est une douleur
Dont je ne veux m’éloigner
De la douceur mielleuse

Je voudrais encore une ballade,
Glisser, légère, sur une piste de danse,
M’envoler par la magie aérienne de notre poésie
Vers chez moi, revoir les miens
et valser dans leurs bras langoureux

Laissez nos poètes m’enivrer
Du chemin de la mer par-delà l’horizon,
Par un violon pleurant l’éloignement
Et du chagrin d’être au loin
Loin de cette langue savoureuse
Pour une fille de capverdiens
Se desséchant au-delà des frontières
En des steppes qui ne sont pour moi
Qui ne me parlent des miens
Qui sont au loin

Je voudrais encore une ballade,
Glisser, légère, sur une piste de danse,
M’envoler par la magie aérienne de notre poésie
Vers chez moi, revoir les miens
et valser dans leurs bras langoureux

Faustine
(en écoutant Ildo Lobo chanter la morna)

Commenter cet article

Xavier Bordes 02/03/2013 12:16


Que vous voilà mélancolique, depuis l'année passée... Mais je suis heureux de découvrir par hasard que vous avez continue à écrire. Amical salut.