L'offense

Publié le par SLAM POESIE DE FAUSTINE

Sur l’île de Brava au XVIIIe siècle, était arrivé un homme issu de la noblesse portugaise. Il a fait bâtir une demeure de style colonial dans la ville de Nova Cintra. Il pratiquait le commerce d’esclave et disposait d’une grande fortune ainsi acquise. Dans sa maison, Dom Carlos, avait une nombreuse domesticité composée pour l’essentiel d’anciens esclaves, désormais métis du Cap Vert et libres.

C’était un homme célibataire. Pour se distraire de son célibat, il n’hésitait pas à forcer la porte d’une chambre occupée par la famille d’une domestique dont il avait croisé le regard. Cette situation aurait ainsi pu durer, mais il est des fois, où la destinée vous joue l’un de ses tours dont elle a le secret.

Un jour, il allait jeter son dévolu sur une jeune fille de la bourgeoisie métisse locale. Bourgeoisie qu’il avait l’habitude de fréquenter depuis son arrivée sur cette île.

Cette jeune personne qui chavira le cœur de Dom Carlos, avait 16 ans. Les biens dont disposaient ses parents, lui avaient permis une éducation digne des jeunes filles de bonnes familles du Portugal. Elle jouait de la harpe, du piano, chantait assez joliment, savait valser, composer de jolis poèmes, broder à merveille, pratiquait l’aquarelle, lisait les philosophes et elle avait l’art et la manière de tenir une conversation brillante avec grâce.

Si cette jeune damoiselle qui, par ailleurs, bénéficiait d’un joli visage, aux traits réguliers, aux yeux couleur noisette et au teint caramel, avait reçu l’éducation qui vient d’être décrite, c’était parce que sa mère, Dona Legea, voulait que cette enfant, objet de ses soins les plus méticuleux et constants, puisse prétendre aux meilleurs partis de Vila Nova da Cintra, et, pourquoi pas, par les liens sacrés du mariage, unisse sa famille à un aristocrate portugais. Après tout, cette noblesse portugaise très présente dans l’île, ne dédaignait pas côtoyer leur demeure et surtout les bals qui s’y donnaient, quatre fois l’an. D’ailleurs, dans la famille Gonçalves, ne murmurait-on pas que Dona Legea, elle-même, pouvait s’enorgueillir d’une ascendance aristocratique française ?

Hélas, pour nous autres humbles mortels capverdiens du vingt et unième siècle, ce qui se racontait à voix basse, en catimini, dans les plus beaux salons de l’île de Brava au dix-huitième se trouve encore relégué dans les limbes de l’Histoire. Faute de documents d’archives accessibles et dignes de foi, accordons donc à ces murmures bruissant à l’ombre rafraîchissante d’um sobrado, le bénéfice du doute.

L’auteure de ces lignes entend d’ici les protestations d’historiens scandalisés par les libertés qu’elle s’octroie avec l’Histoire. Elle se permettra de leur rappeler, avec tout le respect qui leur est dû, que l’Histoire ou plutôt les hommes qui ont fait et écrit cette Histoire, ne se sont pas privés de prendre la plus grande liberté, et ce en toute impunité à travers les âges, avec la destinée de certains peuples dont l’auteure est une descendante, et que par conséquent elle ne voit pas au nom de quoi elle devrait brider son imaginaire, qu’au contraire elle compte poursuivre son cheminement malgré et en dépit de toute objection, quant à l’Histoire, qu’elle tient pour irrecevable.

 

      

 

 

                                 

            

Publié dans TEXTES

Commenter cet article

Xavier Bordes 03/07/2010 17:26



Voilà qui est vigoureux et bien envoyé ! De toutes façons, l'Histoire est faite de... ce qu'on l'a faite, avec oublis, silences, conscients ou non, lacunes volontaires ou non, et elle mérite le
passage à la moulinette ici opéré. L'Histoire est toujours une lecture du passé par une certaine société, qui a toujours, quelle qu'elle soit, beaucoup de peine - comme les humains - à relire le
passé à son désavantage !


Les humains sont ainsi faits que leur point de vue, croient-ils, est toujours l'Unique et le Seul Bon. Secouer cela de temps en temps fait du bien ! J'approuve.



SLAM POESIE DE FAUSTINE 04/07/2010 11:15



Venant de quelqu'un qui, d'après ce que j'ai pu comprendre en lisant votre blog, possède une vaste culture, cela me touche plus que je ne saurais le dire. Merci pour ce commentaire.



Librellule à tête de chat 05/04/2010 22:18



Je découvre ce qui ressemble fort au début d'une "saga", je vais tout lire et moi aussi, attendre la suite.


Je suis sur overblog aussi depuis deux ans environ et il arrive que ça bug, mais dans l'ensemble, il me semble que ça ne fonctionne pas trop mal.


Bonne continuation et à bientôt.


Je vous embrasse.


Valérie.


 


 


 


 



SLAM POESIE DE FAUSTINE 06/04/2010 09:01



Bonjour Valérie, j'espère que la suite sera à la hauteur de votre attente. A bientôt.



SLAM POESIE DE FAUSTINE 17/02/2010 12:02


Etant donné la façon dont se ça passe ces temps-ci avec overblog, je doute de pouvoir publier la suite. Désolée.


gaspard 16/02/2010 23:28


lecteur déjà conquis, attend la suite


andrée wizem 09/02/2010 10:58


ce qui m'apparait ici c'est comment les histoires individuelles se fraient un chemin en démêlant les liens avec l'histoire collective se coltinant les noeuds qui résistent...ton texte rappelle que
l'histoire est faite de chair humaine avec des êtres qui agissent et qui subissent dans le même temps...l'écriture pourrait être un éclairage sur ces tensions...l'essentiel pourrait être d'agir en
ayant conscience au mieux de ce qui nous plombe...